75012 Paris
01 43 45 26 12
plongez@bleu-passion.fr

La maîtrise de la P-valve

La maîtrise de la P-valve

Par : Jon Kieren,

Avertissement : Langage imagé, discrétion conseillée par le lecteur.

J’ai en quelque sorte réussi à tenir 5 ans en plongée technique sans ressentir la nécessité d’installer une P-valve dans ma combinaison étanche. Cependant, à mi-chemin de ma formation TDI Recycleur Full Cave, j’ai réalisé à quel point cet accessoire serait important si je devais faire + de 4 heures de plongées.

Vers la fin d’une plongée d’entraînement de 3,5 heures, nous venons de sortir dans la zone de la caverne et tout ce à quoi je pouvais penser, c’était la douleur atroce dans ma vessie et se précipiter vers la sortie afin que je puisse laisser tomber mon équipement, arriver à l’arbre le plus proche, et me soulager.

À ce moment-là, mon instructeur m’a demandé de mettre en œuvre la procédure du « plongeur perdu ». Tout ce que je pouvais faire était de lui répondre en levant le doigt approprié, en secouant violemment la tête et en signalant que nous avions besoin d’arrêter. Il répondit en haussant les épaules et murmura à travers sa boucle « qu’est-ce qui ne va pas ? » J’ai pointé mon entrejambe, lui ai fait signe « à plus tard » et suis sorti d’une traite. Durant tout le chemin, je pouvais l’entendre rire hystériquement, et je savais qu’il était temps d’installer une P-valve.

J’ai laissé ma combinaison étanche chez le fabricant le week-end pour installer l’accessoire, et au cours de la semaine suivante, j’ai commencé à rechercher comment cette mystérieuse pièce d’équipement fonctionnait. C’était accablant, des pages et des pages de forum sur le sujet, avec seulement quelques petits morceaux d’informations vaguement utiles et souvent contradictoires.

Le processus aurait pu être beaucoup plus simple en demandant simplement à quelqu’un qui a de l’expérience, mais comment commencez cette conversation ?

« Excusez-moi, pouvez-vous s’il vous plaît me montrer comment connecter ce tube à mon pénis ? »

Euh, non merci. Donc, je n’avais aucune idée de ce à quoi m’attendre vraiment, et quand est venu le temps de commencer à essayer des choses, j’ai été très reconnaissant envers ma femme d’avoir un bon sens de l’humour (et de compassion).

Qu’est-ce qu’une P-valve ?

Tout d’abord, si vous ne savez pas exactement ce qu’est une P-valve, c’est assez basique.

Essentiellement, c’est un tube qui a une valve fixée à votre combinaison étanche sur une extrémité, et permet aux liquides de passer de l’intérieur de la combinaison à l’extérieur. C’est assez simple.

L’autre côté de la chose qui est intéressant et intimidant, est l’extrémité qui se connecte à votre « anatomie » et vous permet de vous soulager sans uriner sur vous-même.

La connexion se fait en utilisant une pièce de l’équipement médical, le cathéter de préservatif.

  • Préservatif – Je sais ce que c’est, et je suis familier avec son utilisation. Le préservatif est associé à des expériences plaisantes et agréables.  Je suis à l’aise avec ça.
  • Cathéter – Je sais ce que c’est, mais n’ai jamais eu besoin d’en utiliser. Le cathéter est associé à des circonstances extrêmement désagréables, et honnêtement, l’idée d’en utiliser m’horrifie.

Alors qu’est-ce qu’un cathéter de préservatif, exactement ?

Eh bien, c’est un mélange des deux. C’est essentiellement un préservatif, que vous collez sur votre virilité.

Le préservatif est fourni avec un adhésif médical fort à l’intérieur.

Lorsque vous le déroulez, à peu près comme vous le feriez un préservatif, il est solidement collé en place (c’est extrêmement important, si vous ne voulez pas que le cathéter préservatif se décoller prématurément !). La « pointe » du préservatif est laissée ouverte afin qu’il puisse être raccordé avec le « tube » de la P-valve. Lorsque vous faites pipi, tout (espérons-le) se déplace directement dans le tube, et hors de votre combinaison étanche.

Ok, ce n’est pas aussi mauvais que le cathéter typique auquel vous pensez. Il suffit de rouler le préservatif, brancher le tube, et pisser librement. Génial, achetons quelques-unes de ces choses et allons plonger !

Allons-y … Google « Condom Cathéter » … en fait, je l’ai déjà fait pour vous, il suffit de cliquer ICI.

Comme vous vous en rendrez vite compte, il y a beaucoup d’options. Beaucoup de différents fabricants, de variétés, et bien sûr, de TAILLES.

Par où commencer ? Une recherche rapide sur les forums de plongée communs se traduira par quelques-unes des variétés et des fabricants préférés par les plongeurs. Les variétés « large bande » sont équipées d’adhésif à partir de presque la pointe, sur toute la longueur. Les styles « liberté » ont une bande beaucoup plus étroite d’adhésif.

Plus d’adhésif signifie une meilleure prise… cela signifie aussi plus difficile à enlever. Vous pouvez considérer le matériau dont le cathéter est fait. Certains sont en latex, d’autres en silicone. Si vous avez des allergies au latex, la décision est assez évidente, mais j’ai trouvé le silicone plus confortable. Donc, il revient vraiment à chacun de choisir.

Personnellement, je ne veux pas m’inquiéter de savoir si la colle tiendra quand j’ai quelques heures de déco à faire, donc je préfère les larges bandes.

De quelle taille de cathéter de préservatif ai-je besoin ?

Beaucoup de fabricants de cathéter produisent un « guide de taille », qui est essentiellement une carte à tenir près de vous pour prendre la mesure. Les gars, ce n’est pas le moment d’être machos. Personne ne se soucie de la taille du cathéter que vous commandez (mais si vous êtes vraiment gêné, vous pouvez toujours garder un « XL » dans votre boite à outils au cas où quelqu’un vous en demande un).

 Je suggère de commander un petit lot de la taille que vous avez déterminé, ainsi que d’une taille de plus et une taille de moins, puis d’essayer chacun pour voir ce que vous préférez. Vous voulez qu’il soit confortable le but n’est pas d’étrangler votre copain. Vous devez également considérer la température car le rétrécissement peut être un facteur (oui mesdames, il rétrécit). Comme tout nouveau morceau d’équipement de plongée, l’excitation s’accumule lorsque la première boîte de cathéters apparaît à votre porte. Ce sera une bonne idée de prévoir un essai de votre P-valve bien avant votre première tentative sur une vraie plongée. Ces premiers essayages sont intimidants, inconfortables, ils peuvent même être carrément terrifiants et douloureux, mais très divertissants pour votre conjoint.

Voici quelques essais et erreurs, mais aussi des conseils que j’ai trouvé utiles :

  • Epilation – C’est une étape extrêmement importante. Nettoyez la zone autour de la base vous évitera de piéger les poils dans l’adhésif du cathéter. Cela n’affectera pas la fonctionnalité du cathéter, mais rendra l’enlèvement beaucoup moins douloureux. En outre, un poil piégé peut être étirer pendant la plongée, c’est une surprise douloureuse se produisant habituellement au pire moment possible (changement de gaz, envoie d’un parachute, installation d’un jump avec votre dévidoir, etc.)
  • N’ayez pas peur – Lorsque vous regardez le cathéter pour la première fois, vous remarquerez rapidement la force de la colle. Rappelez-vous quel travail aura cet adhésif, c’est un travail important et il doit être fort. N’en ayez pas peur, il est là pour vous aider. Être timide ici ne fera qu’entraîner un cathéter mal placé et mal installé, ce qui ne vous fait aucun bien et devra être enlevé et remplacé.
  • Entrez dedans – Avoir trop d’espace « supplémentaire » à la pointe du cathéter augmentera la probabilité de le pincer ou le plier et restreindre l’écoulement de l’urine. C’est mauvais, douloureux, et se traduit souvent par une fuite. Ensuite dérouler le cathéter tout comme un préservatif puis donner-lui une bonne pression pour mettre la colle en place.
  • Soyez lisse – Les rides, les plis et les bulles d’air peuvent causer de l’inconfort et des problèmes, essayez d’obtenir le cathéter aussi lisse et droit que possible. Cela demande un peu de pratique, alors ne stressez pas trop. Tant que vous ne collez pas l’écoulement, vous devriez être bien.
  • LAISSE-LE ! – Une fois qu’il est en place, vous devez le laisser pendant un certain temps. Si vous essayez d’enlever le cathéter tout de suite, ce ne sera pas une expérience agréable, et vous risquez d’y laisser un peu de peau. Après quelques heures, les huiles naturelles de votre peau commenceront à décomposer la colle et il sera plus facile à enlever. Lors de mon premier essai les choses ne se sont pas bien passés, et j’ai essayé de l’enlever tout de suite. C’était tellement désagréable que j’ai décidé de le laisser à moitié pendant un jour et demi. Ma femme ne l’a toujours pas oublié.
  • Montrez-le à votre femme – Ce n’est pas indispensable, mais c’est assez drôle. Soyez sûr qu’elle ne vous regardera peut-être plus jamais de la même façon.
  • Tout comme un pansement – Quand vient le temps d’enlever le cathéter, il n’y a pas de façon douce de le faire. Saisissez-le et déchirez-le, vite comme un pansement. Certaines personnes trouvent qu’une douche chaude et du savon aide à dissoudre un peu la colle. Il y a plusieurs produits médicaux d’enlèvement adhésif sur le marché, et j’ai aussi entendu parler de personnes utilisant de l’huile pour bébé, mais la plupart servent uniquement à enlever l’excès de colle de votre peau une fois que le cathéter a été enlevé. Personnellement, j’ai constaté qu’ils produisent plus de désagréments que de biens.

Assurez-vous qu’il est confortable

Une fois que vous l’avez installé, le reste est assez facile. Assurez-vous que le tube de la P-valve est acheminé de sorte qu’il ne se plie pas et ne soit pincé. Vous devez être à l’aise.

Si vous avez un modèle de P-valve non équilibrée, assurez-vous « d’amorcer la valve » avant de commencer votre descente. Remplissez d’urine le peu d’espace aérien dans le bout de votre cathéter avant de démarrer la descente pour éviter un « squeeze ». Rappelez-vous ce qui arrive aux espaces aériens lorsque vous descendez (imaginez une paire de pinces à la pointe de votre pénis).

Si votre P-valve est un modèle équilibré, vous n’avez pas besoin de vous soucier de l’amorçage, car la valve équilibrée permettra d’égaliser la pression à l’intérieur du tube.

Nettoyage de la P-valve

Il est extrêmement important de nettoyer correctement votre P-valve après chaque jour de plongée.
Ne pas le faire peut entraîner de graves infections urinaires qui peuvent vous affecter durant un mois.

Il y a beaucoup d’options pour stériliser l’équipement, l’alcool isopropylique et la stérilmine, un produit souvent utilisé pour désinfecter les recycleurs, sont de bonnes options, mais tout ce qui stérilisera le tube fonctionnera très bien.

Vous réglerez tout cela après seulement quelques plongées. Une fois fait, votre P-valve sera votre nouvelle pièce préférée de l’équipement, je vous le promets.

Traduit du Blog TDISDI.com
Blog : https://www.tdisdi.com/tdi-diver-news-/the-p-valve-struggle/

?
Ce site collecte des données via Google Analytics pour nous aider à améliorer son fonctionnement, aucun traitement ne sera réalisé sur des données personnelles. Cliquez ici pour accepter. Cliquez ici pour refuser.
×