75012 Paris
01 43 45 26 12
plongez@bleu-passion.fr

Ce qu’un plongeur doit savoir sur la plongée sous-marine et l’avion

Ce qu’un plongeur doit savoir sur la plongée sous-marine et l’avion

Par Jason Blair,

La plupart des plongeurs apprennent lors de leur formation initiale qu’ils ne devraient pas voler juste après la plongée sous-marine, mais peu en ont appris plus. Cependant, si vous prévoyez de voler, en particulier en aviation d’affaires ou avec des avions personnels après avoir récemment plongé, vous devez savoir en savoir beaucoup plus.

La plongée et le vol sont des passe-temps que les pratiquants cumulent à maintes reprises. Le mélange de ces activités, lorsqu’il n’est pas planifié correctement, peut être physiquement dangereux et même fatal.

Que vous voliez à bord d’un aéronef personnel ou que vous voliez à bord d’aéronefs affrétés, il y a plus de chose à considérer que si vous rentrez chez vous à bord d’une compagnie aérienne. Bien que les pilotes reçoivent une certaine formation sur le sujet, elle est assez minime et c’est vraiment au plongeur d’informer leur pilote pour éviter tout problème potentiel s’ils doivent voler dans leur propre avion.

Avertissements sur l’azote

Le Manuel d’information des aviateurs (AIM) de la FAA propose une petite section intitulée Maladie de décompression après la plongée sous-marine, qui indique :

« un pilote ou un passager qui a l’intention de voler après la plongée sous-marine devrait laisser au corps suffisamment de temps pour se débarrasser de l’excès d’azote absorbé pendant la plongée. Sinon, le mal de décompression dû à l’évolution du gaz peut survenir lors de l’exposition à basse altitude et créer une grave urgence en vol ».

Il poursuit :

« un pilote (ou on suppose, ses passagers) doit attendre au moins 12 heures avant de voler à des altitudes jusqu’à 8000 pieds (MSL) si une plongée n’a pas nécessité une ‘ascension contrôlée’(plongée sans décompression) et au moins 24 heures après la plongée dans laquelle une ‘ ascension contrôlée’ est nécessaire (plongée nécessitant une décompression). Tout vol plus haut que 8 000 pieds au-dessus du niveau moyen de la mer (MSL) devrait être retardé d’au moins 24 heures. »

C’est le niveau d’informations dont dispose la plupart des pilotes.

Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Combien de temps est-il vraiment nécessaire d’attendre ?

Mike auteur de DiveCompare, https://www.divecompare.com/blog/flying-after-diving note que :

« … la recommandation énoncée par padi [l’Association professionnelle des instructeurs de plongée] est la suivante : Pour les plongées simples, un intervalle minimum de surface avant le vol d’au moins 12 heures est recommandé. Pour les plongées répétitives, ou plusieurs jours de plongée, un intervalle minimum de surface avant le vol d’au moins 18 heures est recommandé. DAN (Divers Alert Network) recommande 24 heures pour les plongées répétitives, l’US Air Force recommande 24 heures après toute plongée, tandis que les tables de l’US Navy recommandent seulement 2 heures avant de voler à l’altitude. »

Les divergences dans les recommandations de ces l’agences, et même l’AIM FAA, met en évidence la complexité de répondre à la question « savoir combien de temps quelqu’un doit attendre pour voler après la pratique de plongée sous-marine ».

La FAA, précise :

« … les recommandations sont des altitudes de vol réelles au-dessus du niveau moyen de la mer (MSL) et non des altitudes de cabine pressurisée. »

Il s’agit d’un point critique parce qu’il tient compte des préoccupations concernant toute perte potentielle de pressurisation des aéronefs qui opèrent dans des cabines pressurisées. Bien que de nombreux aéronefs d’affaires, et certains aéronefs personnels aient des cabines pressurisées, de nombreux aéronefs légers n’en possèdent pas.

Dans les deux cas, le plongeur doit supposer qu’il ne sera pas dans une cabine pressurisée, quelle que soit l’altitude à laquelle il volera.

Les avions personnels, les classes cabines, et avions affrétés, voleront régulièrement à plus de 8000 pieds d’altitude MSL. Dans les aéronefs non commerciaux, un pilote peut même voler jusqu’à 12 500 pieds au-dessus du sol à bord d’un aéronef non pressurisé sans qu’aucun besoin d’oxygène ne devienne effectif.

Cette altitude supplémentaire et une pression atmosphérique moindre vont amplifier les risques liés à la décompression.

Alors, quelles sont les bases que vous devez connaître ?

Une bonne pratique est d’avoir une « journée de repos » avant le vol après toute plongée. Espacez tous les vols prévus (même à basse altitude) avec une journée entre la dernière plongée et le départ du vol. Deux jours pourraient être un meilleur plan, surtout si les plongées étaient profondes ou répétitives.

Beaucoup de plongeurs utilisent des ordinateurs de plongée, c’est une partie essentielle de l’équipement de sécurité moderne, et si vous allez ensuite voler en tant que pilote ou passager, emportez-le avec vous.

Le meilleur plan d’action pour tous les plongeurs qui vont voler est d’utiliser un ordinateur de plongée pour toutes leurs plongées. Les ordinateurs de plongée modernes calculeront un « Time-to-Fly » et recommanderont un temps d’attente pour un plongeur avant un vol.

Pour être précis, les plongeurs doivent utiliser le même ordinateur pour toutes leurs plongées, et à chaque plongée. Les calculs de temps d’attente avant un vol sont cumulatifs en fonction des temps de plongée, des profondeurs et du nombre de plongées.

Si un plongeur utilise des ordinateurs de location pour un voyage de plongée, il est important qu’il utilise le même ordinateur de plongée pour toutes les plongées (et qu’aucun autre plongeur ne l’utilise) pour avoir des calculs précis de temps d’attente avant le vol.

Si vous êtes le pilote qui a plongé ou tout simplement le pilote qui pilotera des passagers qui plongeaient, consultez l’ordinateur avant le vol ou après la fin de leurs dernières plongées afin de connaître le temps d’attente requis en fonction du calcul du « Time-to-Fly ».

Vous pouvez en apprendre davantage sur la plongée, les effets de la pression, les symptômes et comment les différentes activités affectent la sécurité des vols. Si vous voulez en savoir plus, j’ai élargi les informations disponibles dans un autre article sur mon blog. Finalement, savoir que les minimums recommandés pourraient ne pas être suffisants peut vous aider à déterminer s’il est nécessaire d’obtenir plus d’informations avant un vol.

Jason Blair est un examinateur pilote de la FAA qui écrit dans l’industrie de l’aviation, mais qui est aussi un plongeur actif certifié Master and Trimix qui plonge le plus souvent dans les Grands Lacs.

Article traduit du Blog TDISDI.com
https://www.tdisdi.com/tdi-diver-news/scuba-diving-and-flying/

?
Ce site collecte des données via Google Analytics pour nous aider à améliorer son fonctionnement, aucun traitement ne sera réalisé sur des données personnelles. Cliquez ici pour accepter. Cliquez ici pour refuser.
×